Forum des Jeunes Ecologistes à Toulouse sur « Dé-mêler les féminismes »

Quelle surprise! Quelle joie!

Découvrir la ville de Toulouse grâce à l’organisation de l’exécutif des JE et la fine équipe du groupe local de Toulouse qui nous ont préparé un superbe livre pour découvrir la ville selon un programme Hors-Pair!

Bénéficiant d’une arrivée le jeudi soir, j’ai pu très vite profiter de la ville rose accompagnée de Marc du GL Rouenais. Petite visite de la ville, rejoins par la pétillante et radicale Cécile de Strasbourg, nous avons pu goûter une des spécialités culinaires locales avant de poursuivre notre chemin et retrouver Fiona pour une petite séance «Salon de Thé». Les coins branchés de la ville étant tous pris, nous décidons d’aller chère «Perlette», un salon mondain où le serveur est le stéréotype du hippster nous prenant TRÈS au sérieux, avec une barbe impeccable et un style vestimentaire très soigné. Il ne devait pas s’attendre à rencontrer des jeunes écologistes qui se sont montrés sans gênes. Mais comment nous en vouloir face à tous ces délicieux gâteaux vendus prix d’or?

Certaines n’ont pu s’empêcher de goûter les gâteaux des tables vides à proximité de la nôtre. Gourmandise ou instinct révolutionnaire vers face à ce gâchis alimentaire de très bons produits? Apparemment cela doit être une torture psychologique de devoir, sous peine d’être riche, aller dans les meilleurs salons tout en devant faire attention à sa ligne et donc de ne manger que 2-3 bouchées pour laisser le reste à la poubelle… Ce cher serveur nous a repris face à tant d’immondices — imaginez le nombre de bactéries sur ces gâteaux! – et face à notre résistance n’a eu d’autre choix que de débarrasser les derniers morceaux des bouches affamées! Nous avons ensuite laissé tranquille ce pauvre serveur pour rejoindre la soirée des régions.

Lucas de Toulouse nous avait convié dans son Château — pardon, son appartement — gigantesque en plein cœur du Toulouse ancien. Soirée bien sympathique!

Samedi, c’est féminisme!

Terry, une Allemande travaillant à la Commission européenne sur les égalités de genre nous à fait une présentation de son travail au parlement européen et des avancées obtenues =D. Nous avons également travaillé sur Olympe de Gouges.

1920 : loi de pénalisation de la contraception.

Viennent ensuite des femmes aisées ayant du temps pour se consacrer à cette cause.

1874 : Maria Deraismes. Société de l’amélioration du sort de la femme.

Madeleine Pelletier, remise en question de l’hétérosexualité, de l’Etat, tendance anarchique, féminisme radical.

Droit de vote

Deuxième courant. Féminisme abolitionnisme. Veulent fermer les maisons closes et demande de dépénaliser la contraception.

Suffragette. Femmes (plutôt bourgeoises) voulant le droit de vote des femmes. Fin XIXe. Mode d’action allant de la grève de la faim à la mise de bombes dans les boîtes aux lettres.

Deuxième vague. Milieux des années 60 (vers 68). Du côté du prolétariat. Demande plus radicale. Renversement du patriarcat, nouvelles valeurs et mouvements sociaux. MLF (mouvement de libération des femmes). Plusieurs luttes (colonialisme, classe, patriarcat).

1971 : Manifeste des 343 salopes. Manifeste signé par plusieurs centaines de femmes revendiquant leur avortement et plus de droits (IVG).
1972 : Procès de Bobigny, avec Marie Claire Chevalier qui se fait avorter (suite à son viol).

3eme vagues. Années 80. Viennent des USA et des femmes racisés développant différentes formes de féminismes (féminismes intersectionnels : plusieurs formes de racismes).

Féminisme prosexe.

Zambie : les femmes ont droit à un jour de congé pendant les règles.

Les courants féministes.

3 grands courants féministes.

Courant libéral égalitaire. Prône l’égalité complète hommes/femmes. Égalité juridique. Autonomisation du statut de la femme en temps qu’individu. Ce mouvement évolue par la suite en analysant pourquoi il y a des différences (sociale et sociale) avec des champs d’expression sur la famille, répartition des tâches ménagère, le rôle de la femme dans le travail.

Courant féminisme de tradition marxisme. La société capitalisme induit des différences hommes/femmes. Avec l’industrialisation, les hommes partent travailler pendant que les femmes gardent la maison et les enfants. Si l’on sort du capitalisme et la division sexuelle du travail qu’induit le capitalisme. Un autre mouvement, celui du matérialisme, se détache en expliquant que même avant (et sûrement après) le capitalisme, il y a toujours eu une dominance des hommes. Éco féminisme. Exploitation de la nature et les non humains par l’espèce humaine. Système de domination de l’homme sur la femme similaire.

Courant radical culturel

Rapport de classe des femmes opposée/soumise à la classe des hommes par différent type de pouvoir (salariale, culturel…).

Uberisation de la prostitution. Choix de la femme sur son corps. Avec une protection de ses femmes.
Prostitution comme forme de capitalisme, contre les patrons/proxénètes. Système d’exploitation des attributs féminins. Pression sur la femme au lieu de l’exploitant ou du client.

Dimanche, on continue!

Derniers ateliers, la pornographie et la GPA, sujets que je ne maîtrisais absolument pas et qui se sont révélés être de très bons moments instructifs.

Lundi s’est fini xD

Merci Fiona pour ta bonne humeur et ton accueil =D

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s